s

Qu’est-ce qui détermine le type de crise?

Ce document doit être utilisé seulement à titre « informelle » et non pour un auto-diagnostique. Vous vous interrogez et voulez connaître quel type de crise que vous ou un membre de votre famille est atteint, vous devez consulter votre médecin.

Qu’est-ce qu’une crise ?

Le type de crise varie selon sa localisation ainsi que l’ampleur des dommages que le cerveau a subit. Une crise est une perturbation électrique au cerveau causée par des cellules cérébrales qui se déchargent à une fréquence élevée.

Différentes parties du cerveau nous aident à parler, à comprendre ceux qui nous en-tourent et coordonner nos mouvements. Certaines régions sont responsables de notre langage, de la compréhension de nos actions et exécute la coordination de nos mouve-ments. Le cerveau est impliqué dans toutes nos expériences, nos pensées, notre lan-gage, nos émotions ainsi que nos actions. Chacune de ces fonctions peut être altérée ou perturbée lors d’une crise. Une crise peut prendre différentes formes telles: un regard vide, des mouvements incontrôlables, une conscience altérée, des sensations étranges ou des convulsions.

N’importe laquelle de ces fonctions peut être altérées ou interrompues lorsque surgit une crise. Il y a différents types de crises incluant une absence, des mouvements incontrôlés, la conscience altérée, une sensation de « déjà vue » d’aspect sensoriel ou des convulsions.

Une crise est habituellement brève mais peut varier de quelques secondes à quelques minutes. Le cerveau s’avère très efficace dans l’arrêt d’une crise. Immédiatement après, la personne peut ne pas avoir d’effets persistants ou ressentir des effets secondaires tels de la faiblesse musculaire ou de la confusion.

Types de crise

Les crises sont divisées en trois principaux types : focale, généralisée ou idiopathique (cause inconnue). La localisation ainsi que l’activité neuronale lors du début d’une crise détermine le type de crise.

Les crises peuvent être décrites comme motrices ou non-motrice s’il y a une implication musculaire. Ce qui se produit avant, durant et après une crise sont des éléments qui seront utilisés par le personnel médical afin de déterminer la

Crise focales

Crise focale (auparavant appelée crise partielle)

Partial SeizuresLes crises focales débutent dans un endroit particulier, ou « foyer », situé dans un hémis¬phère du cerveau. La localisation de la crise détermine l’aspect ainsi que le res-sentie de crise.

Une crise focale située dans la partie du cerveau responsable de l’audition peut entrainer une distorsion sonore soudainement mais temporaire. La personne peut alors avoir des hallucinations auditives inexistantes. Une lésion située dans la section qui contrôle les mouvements des doigts peut entrainer une contraction soudaine d’un ou plusieurs doigts, apparaissant sur la partie opposée de votre corps.

Les crises focales peuvent varier beaucoup d’une personne à l’autre en raison du nombre élevé de fonctions contrôlées par le cerveau. Cependant, lorsqu’il y a qu’un seul foyer épileptogène, une personne aura les mêmes symptômes chaque fois qu’une crise débutera.

Crise focale sans perte de conscience (autrefois connue sous l’appellation « crise partielle simple »)

Pendant ce type de crise, la personne sera alerte, consciente de tout ce qui arrive, et capable d’avoir une conversation avec les autres. Ce type de crise fait souvent référence à une ou des expériences sensorielles non-visibles par l’entourage et est appelée « une aura ».

Des crises focales sans perte de conscience peuvent aussi apparaître par des contrac-tions musculaires d’un côté du corps ou d’un mouvement incontrôlable.

Simple Partial Seizures

Crise focale partielle avec perte de conscience (autrefois connue « crise psychomotrice ou crise partielle complexe).

Ce type de crise affecte la conscience ainsi que la connaissance. Durant ce type de crise la personne peut éprouver des difficultés de langage ou de compréhension. Elle peut avoir un regard fixe et ne pas être capable de répondre. Certaines personnes peuvent avoir des mouvements automatisés dit normaux mais hors contexte tels des mâchonne-ments, replacer des objets ou manipuler leurs vêtements. D’autre Appelé « des automa-tismes » par le professionnel de la santé. D’autres marcheront sans savoir où ils vont lors d’une crise focale partielle avec perte de conscience.

Certaines personnes ayant de tels symptômes lors d’une crise peuvent être prise pour personnes ayant des problèmes de consommation d’alcool ou de drogue. Elles peuvent également prise pour des personnes qui refusent de coopérée ou de répondre à des questions ou des consignes.

Le foyer épileptogène peut demeurer dans un seul endroit où se répandre d’emblée dans le cerveau. Certaines crises focale sont bilatérale (deux hémisphères côtés droit et gauche) appelé crise tonico-clonique.

Lorsque l’activité cérébrale se termine, la personne peut être confuse et désorientée. Le début de la crise peut être difficile à déterminer dans ce contexte confusionnel (phase ictale) de celle qui est la phase post-ictale qui suit le début de la crise.

Crises généralisées

La crise généralisée se répand rapidement dans l’ensemble du cerveau d’un hémisphère à l’autre. Plusieurs mais pas toutes les crises généralisées sont associées à une perte de conscience.

La plupart des crises généralisées causes des changements au niveau musculaire tels la contraction des muscles (tonique) où un relâchement musculaire (atonique), des mou-vements saccadés (clonique) ou des mouvements de secousses (myoclonique). Ces différents types de variations musculaire sont associés à différentes crises généralisées telles que mentionnées ci-après et peuvent surgir également durant une crise focale.

Il y a six types de crises généralisées : Tonic-Clonique, Absence, Clonique, Tonique, Atonique et Myoclonique.

p

Constat:

Les crises généralisées se produisent dans la partie arrière du cerveau communé¬ment appelée » le cortex ». Elle peut égale¬ment provenir de structures sous-jacentes et profondes dans le cortex

Crise Tonique-Clonique (autrefois appelée crise de « grand mal »).

Pour la plupart des gens lorsqu’ils pensent à l’Épilepsie, croient qu’il y a seulement ce type de crise. Lorsque survient la crise, il y a deux phase : tonique (raideur musculaire) et Clonique (des mouvements saccadés des muscles). Ces phases peuvent surgirent dans n’importe quel ordre mais dans la plupart des cas, elle débute d’abord par la phase Tonique suivi par la phase Clonique.

Lorsqu’une crise Tonico-Clonique débute dès le début, c’est une crise qui tonic-Clo-nique. Cependant, lors d’une crise focale qui se généralise bilatéralement, c’est une crise généralisée. Une personne qui n’est pas épileptique peut également avoir une crise Tonico-Clonique peut être provoquée par une forte fièvre, une infection, une baisse de sucre dans le sang ou un arrêt de consommation d’alcool (désintoxication).

La durée d’une crise Tonico-Clonique varie entre une à quelques minutes Habituelle-ment, comme tous les autres types de crises, ce type de crise débute et s’arrête lorsque l’activité neuronale redevient normale. Lorsqu’il y a reprise de la conscience, elle peut être confuse mais progressivement, réalise où elle est et se demande ce qui s’est passé. La personne peut éprouver de la tristesse et de la fatigue car elle a besoin de se repo-ser.

Une crise d’Absence (autrefois appelée « Petit Mal »)

Ce type de crise est très brève, en moyenne environ 9 secondes. L’aspect le plus fla-grant, une perte de conscience ou le regard fixe qui peut être prise être « dans la lune. » Le regard fixe peut être annonciateur d’autres signes tels des mouvements des yeux, clignotement des yeux ou des gestes d’automatisme.

Une absence débutera soudainement et se terminera de la même façon, abruptement. Après cette brève interruption, généralement, la personne poursuivra ses activités du début avant que la crise surgisse. Ces crises peuvent passer inaperçue ou elle n’être pas considérée comme une crise.

Crise Clonique

Ce type de crise provoque des mouvements rythmiques et saccadés. Lorsque ces symptômes sont les seuls qui surgissent, c’est une crise Clonique. Cependant, ce type de mouvements apparaisse fréquemment en association avec une phase de raideur musculaire (Réf. Crise Tonique-clonique ci-haut).

Ce type de crise peut également émerger d’une crise focale (foyer) focale.

Crise Tonique

Ce type de crise occasionne des raideurs musculaires. Lorsqu’ une personne est début, la tension musculaire soudaine peut provoquer une chute. Certaines personnes l’appel « Syncope convulsive. » Une crise généralisé peut également provoquer une raideur musculaire (ou contraction musculaire) dans les deux bras. Ce type de crise dure habi-tuellement moins de 20 secondes mais peuvent durée jusqu’à 60 secondes.

Ce type de crise peut également émerger d’une crise focale (foyer) focale.

Crise Atonique

Ce type de crise provoque une perte du tonus musculaire subite. Cette crise provoque une chute si la personne est debout. Ainsi, ces deux types de crise peuvent être asso-ciées ou faire référence à une syncope.

Ce type de crise peut également émerger d’une crise focale (foyer) focale.

Crise Myoclonique

Ce type de crise est très brève, des mouvements saccadée qui ressemble à un point de départ. Par exemple, une personne peut avoir des mouvements saccadés des épaules ou des bras. Parfois, pour un observateur, les contractions musculaires passent inaper-çue.

La durée de ce type de crise est moins

Plus d’informations

QUELS SONT LES SYNDROMES D'EPILEPSIE?

Lorsque le trouble de crise d’une personne a un groupe caractéristique de caractéristiques, on l’appelle un syndrome. Les syndromes ont un groupe de symptômes ou de signes qui les définissent. Certains des syndromes épileptiques les plus fréquents ou bien définis sont les convulsions fébriles, les spasmes infantiles, le syndrome de Lennox-Gastaut, l’épilepsie de Rolandic bénigne, l’épilepsie myoclonique juvénile, l’épilepsie myoclonique progressive, les épilepsies réflexes, l’épilepsie du lobe temporal et l’épilepsie des lobes frontaux.

Qu'est-ce que Status Epilepticus?

Les convulsions finissent généralement naturellement après quelques secondes ou quelques minutes, mais en de rares cas, une crise ne s’arrête pas. Lorsqu’une saisie dure plus de 30 minutes ou se répète dans une série, la personne est en état d’épilepticus. Cet état d’activité continue de saisie peut se produire avec n’importe quel type de saisie. Status epilepticus est considéré comme une urgence médicale.

Qu'est-ce que l'épilepsie photosensible?

La photosensibilité décrit une sensibilité aux lumières clignotantes ou scintillantes, habituellement d’intensité élevée, qui sont pulsées dans un motif régulier. Beaucoup de gens sont mal à l’aise lorsqu’ils sont exposés à de telles lumières, mais les personnes atteintes d’épilepsie photosensible peuvent être déclenchées par des crises. Lorsqu’il reçoit un électroencéphalogramme (test EEG), la majorité de ces patients montrent des décharges cérébrales épileptiformes lorsqu’ils sont exposés à des feux clignotants.

Visitez notre section sur l’étiopie photosensible pour en savoir plus.

t

Quelques questions à poser à votre médecin concernant les crises:

  • Est-ce que j’ai une crise focale ou généralisée sinon, les deux types de crises.
  • Le type de crise que j’ai?
  • Quand est-ce qu’une crise épileptique devient une « urgence pour moi »?