Pour diffusion immédiate – 29 janvier 2024

L’Alliance canadienne de l’épilepsie est heureuse d’apprendre aujourd’hui que la Couronne a abandonné les accusations portées contre Marcus Charles « , a déclaré Laura Dickson, présidente de l’ACE.

Le 22 octobre 2022, les services d’urgence ont été appelés à un magasin Canadian Tire de Hamilton pour aider Marcus Charles qui avait eu une crise d’épilepsie alors qu’il était au travail. Au cours de l’interaction avec la police de Hamilton, Charles a été maîtrisé, a reçu un coup de Taser et a finalement été envoyé à l’hôpital avec de multiples blessures. Marcus a été inculpé de trois chefs d’accusation pour agression : Agression, agression d’un agent de police et agression d’un agent de police causant des lésions corporelles.

L’équipe juridique de M. Charles, Chris Rudnicki et Theresa Donkor, s’est déclarée « très satisfaite » du résultat obtenu aujourd’hui. La Couronne a retiré les accusations en se basant sur le matériel de formation fourni par l’Alliance canadienne de l’épilepsie – matériel qui se trouvait déjà dans le portail de formation de la police. Chris et Theresa souhaitent remercier l’Alliance canadienne de l’épilepsie pour l’aide cruciale qu’elle a apportée à l’obtention du résultat dans cette affaire.

Après le retrait des accusations, M. Rudnicki a fait la déclaration suivante au nom de son client : « Cette affaire met en lumière les problèmes systémiques liés à la façon dont notre système traite les personnes atteintes d’épilepsie. Les amis et les collègues de Marcus ont appelé le 9-1-1 parce qu’ils avaient besoin de l’aide de professionnels qualifiés. Au lieu de cela, le système a échoué à tous les niveaux. Les ambulanciers ont appelé la police pour un problème non criminel ; la police a fait usage de la force à l’encontre d’une personne souffrant d’une crise d’épilepsie, finissant par assommer Marcus à deux reprises alors qu’il s’éloignait ; et le procureur de la Couronne a mis plus d’un an à faire ce qui s’imposait et à retirer les accusations. Il faut faire davantage pour s’assurer que les premiers intervenants et les fonctionnaires reçoivent la formation nécessaire pour traiter les crises d’épilepsie comme un problème médical et non comme un problème criminel.

« Je veux juste utiliser mon histoire pour rendre les choses positives, pour attirer l’attention sur le fait que les personnes qui subissent une crise peuvent ne pas être conscientes de ce qui se passe, elles peuvent être confuses ou sembler ne pas respecter les règles. Il est important de réfléchir à ce qui pourrait se passer d’autre pour que les gens ne finissent pas comme je l’ai fait », déclare Marcus Charles. « Je tiens à remercier chaleureusement l’Alliance canadienne de l’épilepsie qui a toujours veillé à ce que moi et les personnes souffrant d’épilepsie et de problèmes de santé en général recevions non seulement l’aide dont ils ont besoin, mais aussi que leur histoire soit entendue dans le monde entier. Je pense qu’une formation sur l’épilepsie devrait être exigée par la loi pour nos systèmes de santé et la police en général afin qu’ils comprennent mieux comment les personnes atteintes d’épilepsie réagissent et répondent lorsqu’elles sont encore en train de se remettre de la maladie », poursuit Charles.

« J’aimerais également remercier chaleureusement les personnes qui se sont investies à 200 % depuis qu’elles ont appris la nouvelle, à savoir Trevor Gordon, de l’Alliance canadienne de l’épilepsie, et mon avocat Chris Rudnicki. Je suis également très heureux de savoir que les charges qui pesaient contre moi ont été abandonnées et que mon casier judiciaire ne comporte plus de charges liées à des malentendus et à un manque de formation de la police à l’égard des personnes souffrant de certains problèmes de santé. Je tiens également à remercier tous ceux qui ont pris le temps de faire des dons et de m’exprimer leur amour et leur souhait d’un prompt rétablissement, car sans cela, j’aurais beaucoup de difficultés mentales », a conclu Charles.

« Ce cas souligne la raison pour laquelle l’Alliance canadienne de l’épilepsie (ACE) encourage les forces de police d’un bout à l’autre du pays à s’informer et à tirer parti de la formation facilement accessible actuellement hébergée sur le Réseau canadien du savoir policier (RCSP), afin que les agents disposent des outils et des connaissances nécessaires pour éviter qu’une situation similaire ne se reproduise à l’avenir », a déclaré M. Dickson. La formation sur l’épilepsie et les crises d’épilepsie à l’intention des agents de police a été mise au point par Epilepsy Ontario grâce à une subvention de la Fondation Trillium de l’Ontario. Les membres des forces de l’ordre ont accès à cette formation par l’intermédiaire du Réseau canadien du savoir policier (RCSP). Cette formation a été mise au point lorsqu’un policier d’Ottawa qui n’était pas en service et dont l’épilepsie venait d’être diagnostiquée a eu une crise et que les policiers appelés sur les lieux lui ont administré un coup de taser alors qu’ils ne s’étaient pas rendu compte qu’il avait une crise. La formation est disponible en anglais uniquement et les spectateurs doivent payer une somme modique pour y accéder. L’ACE s’efforce d’éliminer les frais d’accès à la formation et de mettre au point une offre équivalente en français.

À propos de l’Alliance canadienne de l’épilepsie

L’Alliance canadienne de l’épilepsie (ACE) est un réseau pancanadien d’organisations locales qui se consacrent à la promotion de l’autonomie et de la qualité de vie des personnes atteintes d’épilepsie et de leurs familles, par le biais de services de soutien, d’information, de défense des droits et de sensibilisation du public. Si vous avez besoin d’aide ou d’assistance, composez le numéro sans frais 1-866-EPILEPSY (1-866-374-5377) pour joindre l’organisme le plus près de chez vous.

 

-30-

Contact pour les médias : Trevor Gordon, Communications, Alliance canadienne de l’épilepsie

(905) 450-1900 x 206