Mon nom est Léa Julien et je suis âgé de 27 ans.

 

Personnellement, je n’ai pas souvenir d’une vie sans l’épilepsie. Mes premières crises sont survenues lorsque j’avais seulement 4 ans et le diagnostic est tombé deux ans plus tard. Déjà enfant, j’étais une combattante. Chaque nuit, je faisais plus d’une centaine de crises. Mes crises se manifestent uniquement dans mon sommeil. Je me réveille brusquement, avec la sensation de ne plus respirer. L’air ne se rend simplement plus à mes poumons pendant une trentaine de secondes. Puis la crise se termine et je me rendors. Le même scénario peut se reproduire jusqu’au lendemain matin.

 

Heureusement, bien qu’ils soient parfois difficiles à supporter, il existe une tonne de médicaments permettant de contrôler cette condition et de ce fait, me permet de vivre ma vie. Parce qu’après tout, l’épilepsie est loin de me définir même si elle prend beaucoup de place dans ma vie.

 

J’adore passer mon temps libre avec ma famille et mes amis, à lire ou écrire, ou rêver à mon prochain voyage à Walt Disney World. J’aime mettre sur pied des projets, tous plus beaux les uns des autres.

Je mène aujourd’hui une vie merveilleuse, malgré les épreuves que la vie a pu mettre sur mon chemin depuis que je suis toute petite. J’ai toujours été passionné de lecture.

Pour moi, les livres et l’écriture sont des moyens de m’évader dans des univers magnifiques, afin de m’échapper, un court instant, à la réalité.

Désormais, j’espère permettre à d’autres de s’évader comme je le fais à travers mon histoire.

 

J’ai la chance aujourd’hui de travailler en bibliothèque, d’être autrice de mon premier roman intitulé À bout de souffle, qui parle de l’épilepsie à l’adolescence. J’ai eu le privilège de voyager un peu partout dans le monde et de réaliser mes rêves les plus fous grâce à ma détermination sans fin. Tous les jours, je persévère pour réaliser mes rêves, puisque je sais que tout est possible du moment que l’on y croit.

 

L’épilepsie ne m’a pas empêché de vivre. Certes, elle a parfois mis un frein sur mon chemin, mais elle m’a aussi permis d’apprécier et de vivre chaque moment de bonheur au maximum.

 

Ce combat qui est le mien reste une constante adaptation. Ayant une épilepsie génétique, cela ne partira pas. Mais je ne laisserai jamais ma santé me priver du bonheur auquel j’aspire. Je ne me bas pas contre la maladie, je me bats pour le bonheur et la vie à laquelle j’aspire.

 

J’espère, à travers mon histoire et mon roman, pouvoir inspirer quelques personnes à voir la vie de la même façon que moi. De se voir normale et sensibiliser les gens à mieux nous comprendre.

 

L’Alliance canadienne de l’épilepsie est un réseau pancanadien d’organisations vouées à la promotion de l’autonomie et de la qualité de vie des personnes atteintes d’épilepsie et de leurs familles. Nous y parvenons en fournissant des services de soutien, d’information, d’éducation et de sensibilisation du public.

S’IL VOUS PLAÎT, FAITES UN DON